En juillet 2021, 11% des personnes de 16 ans ou plus résidant en France métropolitaine, en Guadeloupe, en Martinique ou à la Réunion présentaient un syndrome dépressif. C’est ce que révèle l’enquête EpiCov (enquête nationale épidémiologie et conditions de vie), élaborée par l’Inserm et la Drees, en collaboration avec Santé publique France et l’Insee dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Soit 12% des femmes et 9% des femmes : un niveau similaire à celui de novembre 2020, en pleine seconde vague.

Ces syndromes sont "majeurs" pour 5 % de la population (6 % des femmes et 4 % des hommes), poursuit l’enquête, qui note une stabilité par rapport à novembre 2020. En juillet 2021, la prévalence de l’ensemble des syndromes dépressifs, mineurs et majeurs, était identique à celle de 2019. "Cette apparente stabilité masque cependant une certaine aggravation de la situation", analyse-t-elle, car la "progression des syndromes majeurs [est] masquée par un recul des syndromes mineurs". Pour 38% des personnes présentant un syndrome dépressif majeur, les symptômes rendent "très" ou "extrêmement difficile" l’accomplissement des tâches quotidiennes ou professionnelles ou la capacité à s’entendre avec les autres. Cette proportion chute à 10 % pour celles ayant un syndrome mineur.

Syndromes dépressifs chez 14% des 16-24 ans

Plusieurs données des établissements de santé ont alerté sur la détresse psychologique des enfants, d’adolescents et de jeunes adultes en lien avec la crise sanitaire. Si en 2014, les adolescents et jeunes adultes semblaient être "une population globalement protégée, avec des prévalences très inférieures à la moyenne", note l’enquête, leur situation se dégrade en 2019, "mais ils se situent toujours dans la moyenne nationale". Si ces deux années de mesure affichent une tendance des taux de syndromes dépressifs à "croître au fil des âges", l’enquête observe qu’à compter de 2020, "une inversion nette de cette tendance se produit avec des prévalences de syndromes dépressifs maximales chez les jeunes adultes". En juillet 2021, les syndromes dépressifs concernent encore 14 % des 16-24 ans, soit -5 points par rapport à novembre mais +4 points par rapport à 2019.
 

                           


Dans certains cas, poursuit EpiCov, la dépression pouvant être saisonnière, le troisième volet d’enquête, qui a eu lieu du 24 juin au 6 août 2021, soit pendant les vacances pour la plupart des 16-24 ans, "durant laquelle un relatif relâchement de la tension épidémique, accompagné d’une perspective de sortie de crise (la vaccination étant alors massivement déployée), a pu se produire", attribue l’amélioration de la santé mentale de cette population entre novembre 2020 et juillet 2021 à ces effets de saisonnalité et à la situation sanitaire. La campagne de sensibilisation et de déstigmatisation des troubles anxiodépressifs "En parler, c’est déjà se soigner", menée au printemps 2021 à destination des jeunes, y aurait également contribué.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE