Article publié dans Concours pluripro, février 2021

> Immunothérapie à domicile
Depuis fin 2020, le centre Léon-Bérard, situé à Lyon (Auvergne-Rhône-Alpes) prend en charge 42 patients cancéreux qui suivent un traitement d’immunothérapie. Un parcours mixte ville-hôpital en trois séquences leur est proposé, chacune correspondant à un forfait par patient réparti au sein de l’équipe : éducation thérapeutique à l’hôpital de jour, administration du traitement par une infirmière libérale à domicile et suivi de l’oncologue et du médecin traitant. Objectif : 375 patients inclus jusqu’en 2024.

Immunothérapie à domicile
Source : Cnam

> Microstructures post-Covid
Lancé pendant la crise sanitaire, le projet, proposé par Danièle Bader, présidente de la Coordination nationale des réseaux de microstructures (CNRMS), vise à mobiliser et élargir les réseaux médicaux "addictions" pour prendre en charge des patients fragilisés par le Covid et le confinement. Expérimentée dans cinq régions (Île-de-France, Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Hauts-de-France et Paca), l’expérimentation s’articule autour d’une prise en charge pluriprofessionnelle – médecin généraliste, psychologue et psychiatre – et un forfait versé aux microstructures : 537 euros par an et par patient. Objectif : inclure 1 450 patients en deux ans.

Microstructure post Covid
Source : Cnam

> Prévention pour les prédiabétiques
La Mutualité française lance, au sein de certains centres mutualistes (Mont-de-Marsan, Nevers, Paris et Toulouse), un programme construit autour d’objectifs individualisés. Le forfait par patient (890 euros) comprend une prise en charge coordonnée (alimentation et activité physique) assurée par une équipe pluriprofessionnelle – médecin traitant, diététicien, professionnel de l’activité physique adaptée et coordinateur/coach. Objectif : 140 patients en trois ans.

> Espace médical nutrition-obésité (Emno)
Inauguré en 2017, l’Espace médical nutrition et obésité (Emno) dessine un parcours médico-éducatif pour le patient présentant un trouble du comportement alimentaire ou souffrant d’obésité. Objectif : "Organiser de manière innovante la prise en charge de l’obésité avec ou sans chirurgie bariatrique en permettant l’accès à une équipe pluridisciplinaire pour tous, sans reste à charge et avec un programme spécifique pour les personnes présentant un trouble du comportement alimentaire", précise le Dr Cyril Gauthier, médecin nutritionniste au sein du groupe Ramsay santé. Un parcours de soins étoffé par une plateforme pédagogique pour rendre le patient acteur de sa prise en charge. L’arrêté a été publié début janvier 2019, le 1er avril 2019 signe le début de l’expérimentation.
Consulter notre article

Emno
Source : Cnam

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE