Article publié dans Concours pluripro, mars 2021

 

Les soins non programmés (SNP) sont assez rares en kinésithérapie. "J’en reçois peu, et ce sont souvent des patients que je connais bien, explique Tristan Maréchal, masseur-kinésithérapeute à la maison de santé d’Auray (Morbihan), et président de la CPTS du pays d’Auray. Il m’arrive également d’en réadresser au médecin généraliste, pour des problèmes qui pourraient nécessiter une prescription de médicaments ou pour qu’il puisse me les renvoyer avec une ordonnance". Pourtant, il y aurait de quoi faire en premier recours. Les arrêtés de mars 2020 ouvrant le premier recours aux masseurs-kinésithérapeutes pour les entorses de cheville ou les lombalgies aiguës de moins de quatre semaines montrent qu’un effort est fait dans ce sens.
 

La condition d’exercice en structure pluriprofessionnelle est très bloquante
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE