Article publié dans Concours pluripro, avril 2021


C’est un remplacement de deux mois réalisé dans un cabinet individuel en libéral, en 2009, dès la fin de ses études, qui convainc Floriane Breton à ouvrir, par la suite, son propre cabinet. "La diététique est un secteur avec peu de débouchés, en salariat notamment, dans le secteur hospitalier ou dans la restauration collective", explique-t-elle. Les installations en libéral sont donc nombreuses, d’autant plus que le métier n’est soumis à aucun numerus clausus.

Le temps de développer sa patientèle, Floriane Breton veut diversifier son activité, et expérimente d’autres modes d’exercice dans un centre hospitalier spécialisé (CHS) en psychiatrie, chez un prestataire de santé à domicile, dans un Ehpad ou encore au sein d’un institut d’éducation motrice auprès d’enfants handicapés. Sans compter un remplacement dans un centre de soins de suite et de réadaptation pour adultes, pendant lequel elle accompagne les patients en soins palliatifs et ceux atteints d’obésité. "J’ai animé des ateliers d’éducation thérapeutique, participé à des staffs sur des cas de patients… C’est dans ce cadre que j’ai expérimenté pour la première fois le travail en pluriprofessionnalité, indispensable dans la prise en charge globale du patient", se souvient-elle.

En 2014, lorsqu’elle déménage dans le secteur de Blain (Loire-Atlantique), elle cherche un nouveau lieu d’installation en libéral avec le souhait de retrouver cet exercice pluriprofessionnel. "J’ai appelé la mairie pour savoir si des locaux étaient disponibles, et elle m’a informée de deux projets en cours avec des professionnels de santé. L’un concernait un regroupement uniquement pour le partage de locaux, tandis que l’autre s’organisait autour de l’élaboration d’un projet de santé. Celui-là m’a tout de suite parlé !" Elle contacte le responsable, un médecin généraliste – enchanté de la voir arriver sur le territoire en manque de diététicien –, qui l’embarque dans le projet d’une maison de santé.

Faire du lien

En attendant le lancement de la structure de 550 m2, financée uniquement sur des fonds privés, Floriane Breton s’installe dans un cabinet individuel à Blain et se lance, avec l’ensemble des professionnels de santé regroupés au sein de l’association Pôle de santé du pays de Blain, dans l’écriture du projet de santé. Elle s’engage alors dans la coordination du projet, un rôle officialisé avec la sortie de terre de la MSP le 1er juillet 2016, et l’organisation des 19 professionnels* en Sisa. "Cela me tient à coeur de mener des actions, notamment dans le champ de la prévention, et puis, en tant que diététicienne en milieu rural, j’ai un peu plus de temps à consacrer à la coordination que les autres professionnels. Un temps qui m’est rémunéré par l’accord conventionnel interprofessionnel (ACI) que nous avons signé."

 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE