Pour tout acte médical, un médecin doit recueillir le consentement de son patient, qui doit être libre et éclairé. Le patient doit ainsi comprendre les informations qui lui sont délivrées et être capable d’exprimer sa volonté, et donc son consentement aux soins. En cas d’altération médicalement constatée de ses facultés mentales ou de ses facultés corporelles de nature à empêcher l’expression de sa volonté, un patient âgé doit pouvoir bénéficier d’une mesure de protection juridique.

 

Mandat de protection future, personne de confiance

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE