"Avec 100 000 euros, on peut déjà commencer les travaux. Si on atteint 155 000 euros, le centre de santé du François pourra ouvrir début 2023", lance Fabrice Richard, opticien et optométriste dans le sud de la Martinique et trésorier d’AMP Santé. Cette association, née en 2020 de la volonté d’acteurs de la santé martiniquais, met à disposition de la population des praticiens de plusieurs spécialités en tension ainsi que des équipements partagés. 

"La Martinique est un désert médical pour toutes les spécialités. Et la différence avec le continent, c’est que si un patient a besoin de consulter un spécialiste qui n’est pas présent sur l’île, il lui faut prendre l’avion, séjourner dans l’Hexagone… ça revient facilement à 3 000 euros la consultation !", clame le professionnel de santé. Lui-même reçoit dans son officine une ribambelle de personnes souffrant de pathologies qu’il ne maîtrise pas. "Elles sont évolutives et il n’y a aucun ophtalmologiste sur le territoire en mesure de les prendre en charge. Je pense à ce client diabétique qui n’a pas vu de d’ophtalmo depuis huit ans et qui est en train de devenir aveugle !". Certes, il existe bien quelques centres d’ophtalmologie privés, "mais ils ne sont pas véritablement adaptés pour le suivi de pathologies longues, regrette Fabrice Richard. Pour pouvoir se faire opérer de la cataracte en Martinique, il faut avoir de la chance !"

Même problème du côté de la neurologie, avec trois neurologues – dont deux qui vont bientôt partir à la retraite – pour 360 000 habitants et alors même que la population du Drom est vieillissante... 

 

Consultations assurées par des spécialistes à la retraite

Sous l’impulsion de son président, le Dr Jean-Luc Fanon, chef du service de gérontologie du CHU de Fort-de-France, et élu à la tête de la Conférence régionale de la santé et de l’autonomie (CRSA), la première idée d’AMP Santé est de faire venir des médecins aux Antilles, à commencer par des ophtalmologistes et des neurologues... mais aussi des pédiatres et des cardiologues. "On a contacté un cabinet de recrutement français pour nous aider à trouver des ophtalmologues. Ils ont trouvé deux praticiens hollandais, déçus par la réforme du système de santé des Pays-Bas, fondé sur la privatisation, détaille Fabrice Richard. Nous les avons accueillis ici et les avons aidés à s’installer en libéral. C’est donc possible de recruter… mais cela coûte cher !" En effet, l'association a déboursé 12 000 euros pour les chasseurs de tête.  

Dès lors, le projet de l'association se précise : créer des centres de santé à but non lucratif. Alors que l’association compte parmi ses membres deux ophtalmologues qui viennent de prendre leur retraite, l’idée est de "les remettre au travail avec un emploi du temps sur-mesure". Plus précisément, ces deux spécialistes proposent d’ouvrir dans un centre de santé des matinées de consultation, sans avoir ni à gérer le cabinet ni le secrétariat, entièrement pris en charge par l’association. "Et l’objectif est de faire des émules", précise Fabrice Richard, qui a déjà reçu des appels de médecins retraités d’Ile-de-France, qui y voient la possibilité de continuer leur métier à proximité de la plage et au rythme qu’ils souhaitent...

AMP Santé compte ainsi financer le loyer du local et la partie administrative grâce au versement, par les médecins, d'un pourcentage sur leurs consultations, ces derniers devant par ailleurs bénéficier d'une exemption de cotisation retraite. "Reste à faire une demande à la Caisse autonome de retraite des médecins de France", précise-t-il. Une somme qui ne pourra pas suffire pour entamer les travaux d’un – voire plusieurs – centre de santé sur l’île, ni à lancer des recrutements supplémentaires. "Le temps presse, il faut agir rapidement. C’est pourquoi nous avons lancé une cagnotte en ligne leetchi, pour aider à financer notre local du François. Elle est ouverte jusqu’à fin septembre. Cela démarre lentement car on n'a pas encore assez communiqué, mais en parallèle, nous mobilisons les pouvoirs publics. Il faut que les collectivités locales réalisent qu’en faisant ce petit investissement, elles vont à terme faire des économies en améliorant la santé de leurs concitoyens. La mairie du François et d’autres aux alentours vont également contribuer. De grandes fortunes locales se sont aussi montrées intéressées. L’ARS va nous recevoir début août pour parler du projet". 

L'association a pour ambition de créer quatre centres de santé d’ici 2024, d’y faire venir "20 médecins par an" et ainsi de "changer la donne en termes de soin médical en Martinique à l’horizon de cinq ou six ans !" 

Plus d'informations : richard_fabrice@hotmail.fr
La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de compte? Inscrivez-vous
RETOUR HAUT DE PAGE